Santé
3 juillet 2020

Comment lutter contre les troubles du sommeil ?

On estime communément que nous passons environ un tiers de notre vie à dormir. Cette activité essentielle à notre bien être mental et physique peut vite devenir problématique en cas de troubles du sommeil récurrents. Au même titre que l’alimentation, la qualité de notre sommeil à un impact considérable sur notre santé.

À quoi sert le sommeil ?

Le sommeil fait partie de la vie depuis la nuit des temps, littéralement. On sait désormais que des algues bleues, apparues il y a presque quatre milliards d’années, avaient déjà une horloge biologique qui alternait les phases d’activité et de repos.

L’absence de sommeil chez un être humain à de nombreuses conséquences négatives. Ces conséquences sont aussi bien physiques (dérèglements hormonaux, problèmes cardiaques…) que mentales (dépression, troubles de l’humeur…).

Grâce à une étude réalisée aux États-Unis en 2013, on sait désormais que l’activité neuronale journalière génère des produits toxiques. Ceux-ci sont éliminés uniquement durant le sommeil.

Comment se décompose une nuit de sommeil ?

Le sommeil chez l’être humain se décompose en plusieurs cycles (4 à 6) d’environ 90 minutes.

En début de cycle, c’est tout d’abord le sommeil lent léger qui domine, puis essentiellement le sommeil lent profond. C’est durant cette phase que vous récupérez le plus de fatigue physique accumulée.

Il est ensuite suivi par le sommeil paradoxal ou REM (Rapid Eye Movement), la phase où vos rêves interviennent. Durant le sommeil paradoxal, votre activité cérébrale est la plus intense, vos muscles sont atones même si vos yeux sont incessamment en mouvement. C’est pendant cette phase aussi que votre cerveau organise la mémoire et vos apprentissages de la journée.

Comment lutter contre les troubles du sommeil les plus courants ?

Bien dormir n’est pas chose évidente puisque le temps de sommeil ainsi que les horaires varient d’une personne à l’autre et évoluent tout au long d’une vie.

Pour avoir une idée du sommeil qui vous est nécessaire, l’idéal reste de se prêter à une expérience lors de vos prochaines vacances (idéalement après une première semaine de repos). Il suffit de prêter attention au moment de la nuit où vous sentez que la fatigue commence à pointer le bout de son nez, et de relever ensuite votre heure naturelle de réveil. Vous saurez désormais quel est votre cycle de sommeil optimal, ainsi que le temps de repos qui vous est naturellement nécessaire. Il est également important de respecter son horloge biologique et d’aller dormir à la même heure tous les jours, votre sommeil n’en saura que meilleur.

Au Luxembourg, on estime que 200 000 personnes seraient concernées par des troubles du sommeil selon un article du quotidien Luxemburger Wort. Si vous souffrez de certains troubles du sommeil les plus courants, retrouvez nos recommandations ci-dessous :

  1. L’insomnie est certainement le trouble du sommeil le plus commun. À elle seule, elle illustre bien le cercle vicieux de l’impossibilité de retrouver le sommeil. Cette Morphée insaisissable qui a tendance, lorsque l’on essaye de le contrôler, à s’échapper.
    Souvent d’origine psychologique, l’insomnie peut venir du stress, de l’anxiété voir de la dépression. Il existe désormais de nombreuses thérapies comportementales et cognitives.
    Ces thérapies permettent d’être accompagnés par des professionnels qui ont recours à la tenue d’un carnet de sommeil et à la prise de parole pour vous aider à reprendre le contrôle sur votre insomnie.
    Vous pouvez également pour retrouver un sommeil réparateur pratiquer le yoga. Les postures et les respirations de cette activité sont idéales pour évacuer le stress accumulé durant la journée et favoriser la détente, ces exercices peuvent s’inscrire facilement dans votre rituel du soir quotidien. Inutile de suivre des cours : il est possible de pratiquer le yoga dans son lit pour dormir ! 
  2. Les apnées du sommeil consistent en des pauses respiratoires. Elles sont généralement provoquées par le déplacement de la langue et des muscles de la gorge qui obstruent l’arrivée d’air lors du sommeil.
    Ce trouble est le plus courant chez les personnes âgées ou en situation de surpoids. Il est ainsi d’abord recommandé de suivre des mesures diététiques pour perdre du poids et de supprimer la consommation d’alcool, de tabac ou d’anxiolytiques.
    Pour les cas plus graves, il est préférable de consulter puisqu’il existe des solutions médicales comme les propulseurs mandibulaires (ou orthèses), le traitement par ventilation nocturne, ou bien encore la chirurgie dans certains cas particuliers.
  3. Le somnambulisme porte bien son nom puisqu’il vient du latin et signifie « marcher en dormant ». Cette affliction, qui touche encore plus les enfants que les adultes, conduit les personnes qui en souffrent à effectuer des actions alors qu’elles sont endormies. Certains vont d’ailleurs jusqu’à envoyer des emails ou conduire une voiture durant ces épisodes.
    Le somnambulisme peut disparaître de façon spontanée, surtout chez les enfants. Il peut cependant aussi persister et mettre en danger la personne concernée notamment lors d’actions involontaires effectuées pendant le sommeil.
    Il est ainsi bien important de sécuriser votre foyer pour éviter ce genre d’accidents et de ne pas réveiller un somnambule, mais plutôt de le raccompagner jusqu’à son lit. Des traitements comme l’hypnose peuvent fonctionner pour soigner le somnambulisme.

Faut-il prendre des somnifères ?
Les somnifères sont une solution rapide pour obliger le corps à prendre du repos lorsque vous êtes exténué. Ils ne fonctionnent cependant pas sur le long terme et peuvent même se révéler dangereux. Souvent constitués de benzodiazépines, ils agissent comme un sédatif, mais ne procurent pas les effets bénéfiques du sommeil. Ils peuvent aussi engendrer une dépendance dans le cas d’une utilisation prolongée.

Partager cet article :